:: FLASH INFO
La CNSC-Togo invite les acteurs politiques à prendre des décisions courageuses pour une sortie définitive de la crise socio-politique

ACTIVITES

Les citoyens de la commune de Badou à l’…

La Concertation Nationale de la Société Civile du Togo (CNSC-Togo), avec l’appui financier et technique de la Fondation Hanns Seidel, organise du 20 au 24 août 2018 dans la Commune...

Lire Plus

27ème dialogue inter-togolais: 7 OSC app…

À quelques heures de l’ouverture du dialogue inter-togolais, 7 organisations de la société civile togolaise (WANEP-Togo, la CNSC, l’acat-togo, le CACIT, le RESPFECO, la CEJP, le PAOET) sont montées au...

Lire Plus

AILLEURS SUR LE WEB

iciLome.com |Tristes nouvelles ce vendre…

Une partie d'un immeuble situé à côté de l'Institut Goethe vient de s'écrouler. Selon nos informations, cet accident aurait déjà coûté la vie à plus de 5 personnes (bilan provisoire)...

Lire Plus

TOGO : LA DIASPORA TOGOLAISE DIT NON A L…

La Coalition des 14 partis politiques de l'opposition démocratique togolaise avait posé comme préalable à toute négociation les exigences suivantes : 1. La libération de tous les détenus politiques arrêtés...

Lire Plus

Après Lomé, Dapaong, Kara et Sokodé, la deuxième séquence de la formation politique et citoyenne continue a démarré à Kpalimé du 10 Août 2016 à l’hôtel Caraïbe pour la région des Plateaux.

Le thème retenu cette année pour la formation est « Cohésion sociale et Paix durable dans nos communautés ». La formation a été lancée officiellement par le Préfet de Kloto M. ASSAN Kokou Bertin. L’objectif de cette série de formation est de mettre à la disposition des facilitateurs de dialogues communautaires (FDC) dont la CNSC dispose, des moyens pour prévenir et régler des conflits dans les communautés afin de préserver la paix durable.
Rappelons que cette initiative de la CNSC est rendue possible grâce à l’appui financier de la Fondation Hanns Seidel.
Cette formation, durant 3 jours rassemble les représentants des délégations spéciales, les secrétaires généraux des préfectures, la Chefferie traditionnelle ; des organisations de la société civile, des partis politiques et des forces de l’ordre et de sécurité de la région des plateaux.